Le début du mois d’avril a été pour moi l’occasion de continuer ma découverte de l’Europe, avec une escapade dans un pays qui m’attirait depuis de nombreuses années : le Portugal. Son authenticité, ses ruelles colorées, ses villages de pêcheurs, ses influences méditerranéennes, sa gastronomie, sa vie bouillonnante… Me voici donc partie pour un séjour de trois jours dans la ville de Porto, qui était mon premier choix devant Lisbonne pour appréhender ce pays côtier d’une manière un peu moins citadine. Un véritable écrin de beauté niché au bord du Douro qui a été une très jolie surprise, tant au niveau de l’ambiance et de l’atmosphère qui s’en dégagent que pour le bonheur que j’y ai trouvé à faire des photos qui, je l’espère, inviteront d’autres à l’évasion…

      Mon grand coup de coeur de ce séjour fut incontestablement le petit village de pêcheurs d’Afurada. Village typique de pêcheur au Nord du Portugal, Afurada Vila Nova de Gaia se situe à proximité de Porto, à l’embouchure du fleuve de La Douro. Petit tour dans les ruelles pavées bordées de maisons en azulejos (ensemble de carreaux de faïence décorés) . Effectivement, toutes les maisons ou presque ont des façades entièrement recouvertes de faïence jusqu’au toit. Les barbecues tournent à plein régime pour déguster les sardines grillées pêchées du jour. Tous les matins, des chalutiers reviennent d’une nuit de pêche dans l’atlantique et ramènent des quintaux de poissons. A peine arrivés à quai, les restaurateurs ainsi que les particuliers viennent faire leurs emplettes de poisson frais. Le petit port ainsi que l’ancien lavoir traditionnel où les vieilles femmes viennent laver et étendre leur linge comme au siècle dernier, l’accueil chaleureux, les gens d’une gentillesse incroyable, bref, une véritable pépite à découvrir absolument.

      Poursuivons notre découverte de la ville avec le street art qui y est omniprésent, et que l’on peut découvrir à chaque coin de rue, sur la façade de nombreux immeubles, et qui contribuent à conférer à Porto un visage résolument populaire et multicolore.

      La cathédrale de la Sé a été l’une des autres belles découvertes du voyage. Au terme d’une promenade éreintante le long de ruelles escarpées (prévoyez de bonnes baskets à Porto !), la visite de cet édifice sait se faire mériter. La construction de la Sé, tout comme la première ceinture de murailles de Porto,  remonte au XIIème siècle et est l’œuvre du premier évêque de la ville, D. Hugo. À l’extérieur, la Sé a conservé des traces de son style originel d’église-forteresse.  De puissants contreforts sur la façade bordent la rosace originelle et un portail du XIIIème siècle.  Sur la façade latérale nord, on distingue une loggia baroque du XVIIIème siècle attribuée à Nicolau Nasoni. A l’intérieur, le maître-autel de l’époque baroque surmonté d’un magnifique retable et l’autel de la chapelle du Saint-Sacrement se distinguent, une précieuse œuvre d’orfèvrerie des XVIIème et XVIIIème siècles exécutée par des orfèvres de Porto.  Du côté sud du temple s’ouvre l’élégant cloître gothique, avec de beaux azulejos portugais du XVIIIème siècle. L’imposant édifice de l’archevêché fait partie de cet ensemble dont la construction remonte également au XIIème siècle et qui reflète de par sa dimension la première domination ecclésiastique sur la ville.

      Ce qui est particulièrement notable à Porto, c’est que vie citadine et havres de paix se côtoient en parfaite harmonie. Si l’on sait où aller, l’on peut déambuler dans de magnifiques jardins et parcs tels que le Jardin do Palacio de Cristal et le Parque Das Virtudes, qui offrent un promontoire unique et une vue imprenable sur l’ensemble de la ville, avec pour seul accompagnement sonore le champ des oiseaux et le souffle du vent dans les arbres.

      La librairie Lello ou « Livraria Lello & Irmão » à Porto est considérée comme l’une des plus belles au monde selon le Lonely Planet, et elle figure dans un classement similaire du Guardian, un quotidien anglais. Même si vous n’êtes pas intéressé par les livres, allez voir dès l’ouverture (les plus matinaux éviteront la file d’attente de presque une heure) cette magnifique librairie de style néo-gothique inaugurée en 1906 dans laquelle sont empilés jusqu’au plafond des livres anciens, d’occasions ou nouveaux, y compris des guides de langues étrangères et de la littérature, et ce dans différentes langues. En haut de l’escalier tout en courbes se trouve un café agréable. La librairie Lello & Irmão a également été une source d’inspiration importante pour JK Rowling dans ses livres de Harry Potter. JK Rowling a vécu à Porto pendant quelques années au début des années 1990 en tant que professeur d’anglais avant d’écrire Harry Potter (son premier livre est sorti en 1997). Elle se trouve en plein centre de Porto au n°144 de la Rua das Carmelitas, non loin finalement de la Gare Estação de S. Bento. La librairie est située tout proche de la Torre dos Clérigos, un autre monument de Porto à visiter.

      Finissons cet article par un petit conseil digne du Guide du routard ! Quelques heures avant de quitter Porto pour regagner la France, nous sommes tombés totalement par hasard sur un petit restaurant typique, la Mercearia do Rosario, située dans la rue du même nom. Un cadre rustique et typique, un patron souriant aux petits soins qui saura même discuter et plaisanter avec vous en français, une cuisine locale et une carte simple mais savoureuse, et des fourneaux ouverts sur la salle pour plus de convivialité, comme à la maison. Une note des plus gourmandes pour clôturer cette escapade portugaise…

      SHARE
      COMMENTS