Dans la continuité logique de ce nouvel axe de développement qu’est le mien depuis quelques semaines (le portrait féminin), j’ai eu la chance de pouvoir réaliser une séance avec Pauline, une amie à moi que je définis par sa douceur, sa discrétion, sa pudeur et sa timidité.

      Un excellent exercice pour moi qui m’aura permis d’appréhender un peu mieux la direction d’une modèle représentative de beaucoup de jeunes femmes de la “vraie vie” : une jeune femme sublime mais peu habituée à poser, pas forcément très à l’aise avec son image ou avec le positionnement de son corps, les expressions de son visage. Une approche différente donc, avec un travail supplémentaire de mon côté sur la dimension de complicité et de détente, indispensable pour obtenir un résultat naturel et authentique…

      L’une des choses qui me fascine et m’intéresse le plus dans ces séances au fur et à mesure des essais, est que l’on a beau arriver en amont avec une idée très précise du résultat souhaité en tête (de nombreuses images d’inspiration Pinterest en main) et de comment l’on souhaite diriger telle ou telle séance, la magie opère lorsque l’on arrive à mettre ce carcan sur pause, à s’en extraire pour observer sa modèle, silencieusement, religieusement, dans tout ce qui fait sa spécificité et son caractère unique : comment elle sourit, comment elle place son regard, comment elle bouge dans l’espace, ce que ses mouvements dévoilent de sa personnalité… pour finalement laisser les rôles s’inverser totalement et se laisser prendre par la main et emmener vers des postures, des cadrages, des clichés que l’on n’a pas du tout anticipé… cet inconnu et cette spontanéité, cette exigence d’adaptabilité est ce qui me passionne par dessus-tout !

      SHARE
      COMMENTS